Yann GODBERT

La thyroïde est une petite glande située à la base du cou, en avant de la trachée. Elle est impliquée dans la régulation d’un grand nombre de fonctions de l’organisme, dont la fréquence cardiaque, la pression artérielle, la température et le poids du corps. Sa fonction principale est la sécrétion d’hormones contenant de l’iode ; la thyroïde est le principal organe « capteur » d’iode de l’organisme.

Les cellules de la thyroïde subissent parfois des changements ayant pour conséquence des troubles dans les sécrétions des hormones thyroïdiennes. Ces changements peuvent engendrer des affections non cancéreuses, ou bénignes, comme l’hypothyroïdisme, l’hyperthyroïdisme, la thyroïdite.

La présence d’une boule au niveau du cou, ou d’une compression, peut révéler l’existence d’un nodule thyroïdien. Ces nodules sont très fréquents et bénins dans plus de 90 % des cas. En cas de détection, il est nécessaire de déterminer si ceux-ci sont bénins ou malins.

Dans certains cas, des modifications dans différents types de cellules thyroïdiennes peuvent causer un cancer de la thyroïde. Le cancer de la thyroïde est généralement lentement évolutif, mais peut parfois migrer à distance de celle-ci et générer des métastases.

  • Le cancer de la thyroïde le plus courant est le cancer papillaire (environ 70 % des cas).
  • Le deuxième type de cancer le plus courant de la thyroïde est le carcinome vésiculaire  de la thyroïde.
  • Des types plus rares de cancers de la thyroïde peuvent aussi se manifester (cancer médullaire, cancer anaplasique, lymphome, carcinome épidermoïde et sarcome).

Même si dans la plupart des cas aucun facteur de risque n’est retrouvé, dans certain cas l’exposition aux radiations est retrouvé, surtout lorsque celle-ci a lieu dans l’enfance. Il est important de noter que l’administration de produits radioactifs à visée diagnostique (scintigraphie…) chez l’adulte n’augmente pas le risque de cancer de la thyroïde.

Les types de cancer

Le cancer de la thyroïde le plus courant est le cancer papillaire (environ 70 % des cas).

Le deuxième type de cancer le plus courant de la thyroïde est le carcinome folliculaire de la thyroïde.

Des types plus rares de cancers de la thyroïde peuvent aussi se manifester (cancer médullaire, cancer anaplasique, lymphome, carcinome épidermoïde et sarcome).

Les facteurs de risque

Le facteur de risque essentiel est l’exposition aux radiations, surtout lorsque celle-ci a lieu dans l’enfance.

Il est important de noter que l’administration de produits radioactifs à visée diagnostique (scintigraphie…) chez l’adulte n’augmente pas le risque de cancer de la thyroïde.

Parcours personnalisé : Nodules Thyroïdiens

L’objectif de « l’Accueil nodules thyroïdiens » est de préciser la nature de votre nodule thyroïdien.

Vous serez pris(e) en charge par une équipe médicale pluridisciplinaire composée de spécialistes de la thyroïde : médecins nucléaire et cancérologue, chirurgien, radiologue, cytopathologie, infirmière ou aide-soignante. Cette équipe prendra avec vous, les décisions nécessaires pour obtenir un diagnostic et le cas échéant, vous proposer un traitement.

Le jour de la consultation

IL N’EST PAS NÉCESSAIRE D’ÊTRE À JEUN.

Pour une venue avant le 3 juin, à votre arrivée, présentez-vous à l’admission de la Tour Hospitalisation pour les démarches administratives. Vous serez rediriger en suivant.

Après le 3 juin, présentez-vous dans le Hall central du nouveau bâtiment.

N’OUBLIEZ PAS D’APPORTER :

– Votre carte vitale et son attestation

– Une pièce d’identité

– La lettre du médecin qui vous adresse à l’Institut Bergonié (si vous en possédez une)

– Les résultats des examens anciens ou récents que vous avez déjà eu : scintigraphies, échographies, prise de sang ou autres examens.

– Le récapitulatif de vos antécédents chirurgicaux (dates), médicaux (ex : hypertension, diabète, asthme, allergies à des médicaments…) et le nom des traitements que vous prenez.

Les différentes étapes du parcours

  • CONSULTATION MÉDICALE

Vous serez d’abord reçu(e) par le médecin auquel vous avez été adressé(e). Celui-ci recueillera vos antécédents personnels chirurgicaux et médicaux et vos traitements en cours. Il vous examinera, palpera votre cou. Il regardera également les résultats des examens déjà pratiqués, et vous expliquera les différentes étapes qui vont suivre : échographie, cytoponction puis nouveau rendez-vous pour vous communiquer les résultats de la ponction. Le médecin pourra également demander la réalisation d’une prise de sang ou d’une scintigraphie thyroïdienne. Enfin, il vous demandera de signer un «consentement éclairé reliquat» qui nous autorisera à conserver le produit des cytoponctions qui n’a pas été utilisé pour l’examen cytologique.

 

  • ECHOGRAPHIE THYROÏDIENNE ET CYTOPONCTION

C’est au cours de l’échographie que sera réalisée la cytoponction d’un ou de plusieurs nodules. La cytoponction est effectuée à l’aide d’une aiguille extrêmement fine et n’est en règle générale pas douloureuse. Le prélèvement ne dure que quelques secondes pendant lesquelles il vous sera demandé de ne pas avaler et de ne pas parler. La cytoponction permet le recueil de cellules dans un ou plusieurs nodules de votre thyroïde. Le médecin cytopathologiste qui réalise la ponction met immédiatement les cellules prélevées sur des lames de verre pour l’analyse au microscope.

 

  • CONSULTATION MÉDICALE ET RÉSULTATS

Vous reverrez en consultation le médecin que vous avez vu au début du parcours. Celui-ci disposera des résultats de l’échographie et de l’étude morphologique de la cytoponction. Il vous communiquera les résultats. Les nodules bénins, ne nécessitent, sauf s’ils sont gros, qu’une simple surveillance. Les nodules suspects ou malins nécessitent, le plus souvent, une prise en charge chirurgicale. Lors de cette consultation, vous rencontrerez, si nécessaire, un chirurgien. Si besoin et si vous le souhaitez, nous vous proposerons d’organiser, ensemble, vos prochains rendez-vous afin d’assurer une prise en charge adaptée à votre maladie. Un compte-rendu de l’ensemble du parcours sera immédiatement dicté par le médecin que vous avez vu en consultation et sera adressé au(x) médecin(s) que vous avez signalé(s) comme médecin(s) traitant(s) ou référent(s) afin qu’ils soient rapidement informés des résultats de vos examens.

L’échographie est systématiquement réalisée pour tout nodule détecté. C’est un examen indolore, qui consiste à faire glisser sur la peau du cou une sonde qui, grâce aux ultrasons, renvoie des images de l’organe.

Dans certains cas, cet examen est suivi d’une cytoponction (prélèvement de cellules de la thyroïde). Cet examen permet d’évaluer le risque que le nodule détecté soit un cancer.

Il existe trois traitements du cancer de la thyroïde, souvent associés :

  • la chirurgie,
  • l’irathérapie (un traitement à l’iode radioactif),
  • l’hormonothérapie.

Le cancer de la thyroïde et ses traitements n’empêchent pas de mener une grossesse et de pouvoir allaiter normalement. Quelques précautions sont cependant nécessaires.

Dans tous les cas, la prise en charge thérapeutique est définie en accord avec vous sur la base de l’avis rendu en réunion de concertation pluridisciplinaire.

En tant que centre de référence régional, nous poursuivons notre expertise dans les situations rares et complexes des carcinomes thyroïdiens réfractaires.

En ce sens, nous avons mis en place sur l’Institut Bergonié, en collaboration avec le CHU, une RCP régionale de recours mensuelle afin de faciliter au maximum l’accessibilité de thérapies innovantes dans le cadre des essais thérapeutiques.
Egalement, en collaboration avec la plateforme de biologie moléculaire, un screening moléculaire large est maintenant disponible et accessible, pouvant offrir une approche thérapeutique personnalisée, innovante, en cas d’échappement aux thérapies usuelles.

Et enfin, grâce aux progrès récents de la Radiologie Interventionnelle, il est possible dans un certain nombre de cas d’effectuer des traitements efficaces itératifs, permettant de retarder au maximum l’indication d’un traitement par voie générale et donc de conserver une qualité de vie optimale aux patients.

COMPOSITION DU GROUPE THYROÏDE

Le « Groupe Thyroïde » comprend plusieurs spécialités qui interagissent les unes avec les autres :

Onco-génétique

Radiodiagnostic

Chirurgie ORL

Médecine nucléaire

Radiothérapie

Oncologie médicale

Imagerie radiologie interventionnelle

Anatomo-cyto-pathologie

L’ACCESSIBILITÉ DE THÉRAPIES INNOVANTES

L’activité du groupe thyroïdien restait axée sur les tumeurs graves nécessitant une expertise spécifique. En ce sens, elle reste le centre de référence régional dans le cas du réseau Tuthyref.

Depuis bientôt deux ans, le groupe coordonne la RCP régionale permettant une meilleure collaboration avec le CHU et un meilleur accès aux thérapeutiques innovantes dans le cadre des essais thérapeutiques. À titre d’exemple, le développement actuel de thérapies très ciblées sur certain type d’oncogène, en collaboration avec les essais précoces, pourrait permettre une très nette amélioration de la prise en charge de certains cancers thyroïdiens (notamment le cancer médullaire de la thyroïde). Ce type de molécules, très difficilement accessibles actuellement en France, sont en cours d’évaluation à l’Institut Bergonié.