Dr Michel LONGY

05 56 33 32 93 - 05 56 33 04 39 - 05 47 30 60 55 - 05 56 33 04 47

L’oncologie génétique, aussi appelée oncogénétique, est une spécialité médicale qui étudie les facteurs héréditaires pouvant favoriser le développement de certains cancers.

Dans une même famille, un nombre inhabituel de cancers et/ou des âges précoces au diagnostic peuvent faire évoquer une prédisposition génétique. Ces prédispositions joueraient un rôle majeur dans environ 5 % des cas de cancer de l’adulte et certaines tumeurs de l’enfant.

Une analyse génétique peut permettre de déterminer l’anomalie en cause, d’identifier les membres de la famille porteurs ou non et ainsi de prendre des mesures de prévention ou de surveillance adaptées.

Source INCa

Les prédispositions génétiques

Certaines formes de cancers sont liées à la présence d’une altération génétique constitutionnelle, c’est-à-dire présente dans toutes les cellules de l’organisme et transmissible à la descendance. Des signes cliniques sont évocateurs de ces formes héréditaires familiales et doivent particulièrement motiver le médecin ou le clinicien à recourir à un conseil génétique spécialisé : excès de cas atteints de cancer au sein d’une même branche parentale (paternelle ou maternelle), précocité de la survenue du cancer, formes bilatérales et multifocales pour les organes doubles. Les deux prédispositions génétiques les plus fréquentes sont le syndrome seins-ovaires et le syndrome de Lynch.

Pour en savoir plus

Le diagnostic des prédispositions génétiques

En France, le dispositif national d’oncogénétique s’organise autour de 139 sites de consultation se répartissant dans 94 villes sur l’ensemble du territoire (France métropolitaine et départements d’outre mer). Il se compose, par ailleurs, de 25 laboratoires en charge de la réalisation des tests génétiques prescrits par les consultations. Cette structuration, adossant des laboratoires aux consultations d’oncogénétique, a pour objectif d’identifier les personnes prédisposées héréditairement au cancer, qu’il s’agisse de personnes malades (cas index) ou de membres non malades de leur famille (apparentés).

Pour en savoir plus

Qu’est-ce qu’une consultation d’oncogénétique ?

La consultation s’adresse à des patients ayant développé un cancer à un âge particulièrement précoce et/ou ayant des antécédents familiaux de cancer. Elle s’adresse également à des personnes indemnes ayant des antécédents familiaux de cancer.

Comment se déroule la première consultation ?

La consultation se déroule en plusieurs étapes. Elle débute par une enquête génétique avec la constitution d’un arbre généalogique le plus complet possible.
Plusieurs questions sont posées : Quels sont les membres de la famille atteints de cancer ? Quel âge avaient-ils au moment du diagnostic ? Quel lien de parenté ? L’enquête va ainsi porter sur l’histoire des cancers des deux branches de votre famille, maternelle et paternelle.

Au terme de cette enquête, le risque familial peut être évalué. Si le médecin estime que la probabilité d’identifier une altération génétique est suffisante, il conseillera alors d’entreprendre une recherche de mutation dans des gènes de prédisposition héréditaire au cancer.
Il vous informera sur les caractéristiques de cette prédisposition génétique, sur les moyens de la détecter ainsi que sur les possibilités de prévention et de traitement qui peuvent vous être proposés. Il vous sera également expliqué la façon dont cette prédisposition génétique est transmise et les conséquences que cela peut avoir sur les autres membres de la famille.

L’analyse génétique, réalisée le plus souvent à partir d’un prélèvement sanguin, est faite chez un membre atteint de la famille censé être porteur de l’anomalie recherchée. L’analyse peut être renouvelée chez une autre personne atteinte si aucune mutation ne parvient à être caractérisée.

La consultation de rendu du résultat

Une fois les analyses génétiques terminées, vous serez informé de la disponibilité des résultats et un rendez-vous de consultation vous sera proposé. C’est le médecin prescripteur de l’analyse génétique qui vous transmettra les résultats.

Si aucune anomalie génétique n’est identifiée dans votre famille :
L’analyse est dite négative et signifie que les gènes explorés ne semblent pas responsables de l’histoire familiale. D’éventuelles investigations complémentaires pourront être proposées. Selon l’histoire familiale, une surveillance médicale adaptée pourra vous être conseillée ainsi qu’à vos apparentés.

Si une anomalie génétique est identifiée dans votre famille :
Le résultat est dit positif et signifie que cette anomalie est responsable d’une augmentation du risque de développer un cancer. Des mesures de prévention et de surveillance spécifiques seront alors proposées. Des chirurgies prophylactiques pourront dans certains cas être recommandées.
Cette anomalie génétique se transmettant de génération en génération, un test génétique pourra être proposé à vos apparentés pour déterminer s’ils sont porteurs ou non de la mutation familiale.

Test-présymptomatique

Un test présymptomatique permet de déterminer le statut d’une personne indemne de pathologie tumorale vis-à-vis d’une mutation identifiée dans sa famille. Il se déroule en 3 étapes. Le délai entre la première consultation et le rendu de résultat est d’environ 3 à 4 mois.

1ère étape : Consultation avec l’oncogénéticien
Il s’agit d’une consultation d’information qui explique les caractéristiques de l’anomalie génétique identifiée dans la famille. Le médecin oncogénéticien répondra à un grand nombre de questions telles que : Comment se transmet cette anomalie ? Quelle est la probabilité d’en avoir hérité ? Quel risque cela va-t-il engendrer ? Quelle surveillance va être proposée ?…

2ème étape : la rencontre avec le psychologue
Devant ce type de démarche, les retentissements psychologiques peuvent être importants et la place du psychologue s’avère utile et complémentaire à celle de l’équipe médicale. L’entretien psychologique permettra d’apporter une réflexion sur les motivations de la réalisation d’un tel test et sur ses conséquences sur la vie quotidienne de la personne et de sa famille.

3ème étape : le rendu de résultat
Le médecin oncogénéticien communiquera les résultats lors d’un second entretien.
– En cas de statut de non porteur de la mutation familiale, le risque tumoral de la personne sera identique à celui de la population générale, ne necessitant pas de prise en charge médicale différente de celle préconisée en population générale.
– En cas de statut de porteur de la mutation familiale, la personne sera exposée à un risque tumoral plus élevé qu’en population générale. Elle devra alors bénéficier d’une prise en charge médicale spécifique à mettre en place au décours de la consultation.

LES ASSOCIATIONS DÉDIÉES

Les équipes d’oncogénétique de l’Institut Bergonié travaillent en collaboration avec l’unité ACTION INSERM U1218 et plus particulièrement l’ÉQUIPE MLO : Diversité génétique et réponse au traitement : oncogenèse mammaire et leucémique.

L’approche exomique dans l’identification des prédispositions héréditaires au cancer : 

Depuis une vingtaine d’années, l’identification des principaux gènes impliqués dans la prédisposition héréditaire au cancer a permis la mise en place d’une activité diagnostique permettant d’identifier les personnes à risque génétique élevé de développer différents cancers et de leur proposer des stratégies de réduction du risque tumoral ou de ses conséquences. Il apparaît cependant que d’assez nombreuses situations familiales de répétition de cas de cancer ne sont pas élucidées sur le plan moléculaire sans identification de mutation responsable dans les gènes connus. Le développement des techniques de séquençage massif autorise désormais l’exploration de ces situations sans à priori sur le gène impliqué mais la profusion des variants génétiques ainsi détectés rend l’interprétation difficile. Une approche originale consistant à adjoindre des résultats de génotypage tumoral pour au moins deux cas familiaux a été expérimenté avec succès permettant d’incriminer le gène ATM dans une forme familiale de cancer du sein. Ce travail a fait l’objet de la thèse de sciences du Dr Virginie Bubien, soutenue en 2016 et permet de préparer l’utilisation des approches génomiques dans la génétique du cancer prévue dans le plan France Médecine Génomique 2025.

COMPOSITION DU GROUPE GÉNÉTIQUE

L’équipe d’oncogénétique de l’Institut Bergonié regroupe des praticiens de spécialités variées : oncogénéticiens, oncologues, chirurgiens, biologistes, psychologues, conseillers en génétique, gynécologues, gastroentérologues, radiologues.

Ce comité est chargé d’assurer des consultations d’oncogénétique polyvalente, dont le but est l’identification des prédispositions, plus particulièrement au cancer du sein et de l’ovaire, aux cancers digestifs ou aux cancers endocriniens.

Psychologue

Génétique médicale

Génétique moléculaire

Conseil génétique

Oncologie digestive

Oncologie médicale

Gynécologie-génétique

Dispositif CaPLA

Le dispositif CaPLA (Cancer Prédisposition Limousin Aquitaine) a été pensé afin d’améliorer le suivi des personnes ayant une prédisposition héréditaire au cancer dans les régions Limousin et Aquitaine.

Le fonctionnement de ce dispositif repose sur une étroite collaboration entre le centre de coordination RCA (Réseau de Cancérologie d’Aquitaine) et les consultations d’oncogénétique des CHU de Bordeaux et Limoges et de l’Institut Bergonié.

Ses objectifs sont de permettre la coordination de plusieurs spécialités (médecins traitants, sénologues, gynécologues, gastro-entérologues, oncologues, généticiens…) afin d’assurer une meilleure continuité du suivi médical chez les personnes à haut risque de cancer, de mettre en place un suivi personnalisé et d’assurer l’accès aux compétences multidisciplinaires et à une activité de recours et d’expertise pour les cas complexes.