Pr Antoine ITALIANO

05 56 33 32 78 ou 05 56 33 32 44

Envoyez un email

Les sarcomes sont des tumeurs rares représentant 1 % des cancers de l’adulte et 15 % des cancers de l’enfant.

Ces tumeurs peuvent se développer dans n’importe quelle zone du corps, les membres représentant toutefois la localisation la plus fréquente.

L’équipe de médecins du Groupe Sarcomes de l’Institut Bergonié a une expertise reconnue sur le plan national et international et utilise les approches les plus modernes pour porter un diagnostic le plus précis possible et proposer la prise en charge thérapeutique la plus adaptée.

Le traitement comporte en fonction des cas : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie ou une combinaison de ces différents moyens. Le traitement peut se faire dans le cadre d’un essai clinique, un des objectifs d’excellence des médecins du Groupe Sarcomes de l’Institut Bergonié étant de garantir aux patients l’accès le plus large possible à l’innovation.

Définition

Il existe plusieurs types de sarcomes, notamment ceux des tissus mous et les sarcomes osseux.

  • Le sarcome des tissus mous est un type de cancer qui commence dans les tissus mous de votre corps.

Les tissus mous relient, soutiennent et entourent les autres structures du corps. Les tissus mous comprennent les muscles, la graisse, les vaisseaux sanguins, les nerfs, les tendons et la muqueuse de vos articulations.

De nombreux types de sarcomes des tissus mous existent. Certains types sont plus susceptibles d’affecter les enfants, tandis que d’autres affectent principalement les adultes.

Le sarcome des tissus mous peut se produire n’importe où dans votre corps, mais les types les plus communs se produisent dans l’abdomen et dans les bras et les jambes.

  • Les sarcomes osseux, plus rares que les sarcomes des tissus mous, touchent en général une population plus jeune (chordome, ostéosarcome, chondrosarcome, sarcome d’Ewing).

Symptômes

Un sarcome des tissus mous peut ne pas causer de signes et de symptômes à ses premiers stades.

À mesure que la tumeur se développe, cela peut causer :

  • Une bosse ou un gonflement notable,
  • Une douleur, si une tumeur appuie sur les nerfs ou les muscles.

Causes

Dans la plupart des cas, on ne sait pas exactement ce qui cause le sarcome des tissus mous.

En général, le cancer se produit lorsque les cellules développent des erreurs (mutations) dans leur ADN. Les erreurs font croître les cellules et se divisent hors de contrôle. Les cellules anormales accumulées forment une tumeur qui peut envahir les structures voisines et se propager à d’autres parties du corps.

Le type de cellule qui développe la mutation génétique détermine quel type de sarcome des tissus mous vous avez.

Quand voir un médecin

Prenez rendez-vous avec votre médecin si vous avez des signes et des symptômes persistants qui vous inquiètent.

Facteurs de risques

Les facteurs qui peuvent augmenter votre risque de sarcome comprennent:

  • Syndromes héréditaires : un risque de sarcome des tissus mous peut être hérité de vos parents. Les syndromes génétiques qui augmentent votre risque comprennent le rétinoblastome héréditaire, le syndrome de Li-Fraumeni, la polypose adénomateuse familiale, la neurofibromatose, la sclérose tubéreuse et le syndrome de Werner.
  • Exposition aux produits chimiques : l’exposition à certains produits chimiques, comme les herbicides, l’arsenic et la dioxine, peut augmenter le risque de sarcomes des tissus mous.
  • Exposition aux rayonnements : un traitement radiologique antérieur pour d’autres cancers peut augmenter le risque de sarcomes des tissus mous.

Types de sarcomes

  • les sarcomes des tissus* mous, c’est-à-dire les tissus servant à supporter les structures et les organes du corps comme les muscles, les vaisseaux sanguins, les ligaments, les tendons ou la graisse : ces sarcomes se développent en majorité au niveau de l’abdomen, du thorax ou des membres ;
  • les sarcomes osseux: encore plus rares que les sarcomes des tissus mous, ils touchent en général une population plus jeune (chordome, ostéosarcome, chondrosarcome, sarcome d’Ewing) ;
  • les sarcomes viscéraux, notamment les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) : tumeurs du tube digestif (œsophage, estomac et intestin) ;
  • les fibromatoses agressives ou « tumeurs desmoïdes » : tumeurs bénignes associées dans 15% des cas environ à une maladie génétique, la polypose adénomateuse familiale ;
  • les autres tumeurs rares: tumeurs desmoplastiques à petites cellules ronde, angiomyxomes agressifs, angiomyolipomes, sarcomes à cellules folliculaires dendritiques, tumeurs fibreuses solitaires.

*Tissu : Ensemble de cellules qui assurent une même fonction, comme le tissu musculaire ou le tissu osseux par exemple.

English version

Definition

Soft tissue sarcoma is a type of cancer that begins in the soft tissues of your body. Soft tissues connect, support and surround other body structures. The soft tissues include muscle, fat, blood vessels, nerves, tendons and the lining of your joints.

Many types of soft tissue sarcoma exist. Some types are more likely to affect children, while others affect mostly adults.

Soft tissue sarcoma can occur anywhere in your body, but the most common types occur in the abdomen and in the arms and legs.

Symptoms

A soft tissue sarcoma may not cause any signs and symptoms in its early stages. As the tumor grows, it may cause:

  • A noticeable lump or swelling,
  • Pain, if a tumor presses on nerves or muscles.

When to see a doctor

Make an appointment with your doctor if you have any persistent signs and symptoms that worry you.

Causes

In most cases, it’s not clear what causes soft tissue sarcoma.

In general, cancer occurs when cells develop errors (mutations) in their DNA. The errors make cells grow and divide out of control. The accumulating abnormal cells form a tumor that can grow to invade nearby structures and spread to other parts of the body.

The type of cell that develops the genetic mutation determines what type of soft tissue sarcoma you have.

Risk factors

Factors that may increase your risk of sarcoma include:

  • Inherited syndromes. A risk of soft tissue sarcoma can be inherited from your parents. Genetic syndromes that increase your risk include hereditary retinoblastoma, Li-Fraumeni syndrome, familial adenomatous polyposis, neurofibromatosis, tuberous sclerosis and Werner syndrome.
  • Chemical exposure. Being exposed to certain chemicals, such as herbicides, arsenic and dioxin, may increase the risk of soft tissue sarcomas.
  • Radiation exposure. Previous radiation treatment for other cancers can increase the risk of soft tissue sarcomas.

Comment préparez votre premier rendez-vous de consultation ?

Vous avez été adressé à l’Institut Bergonié pour la prise en charge diagnostique et/ou thérapeutique d’une lésion des tissus mous ou d’une lésion osseuse. Ce type de lésion peut correspondre à un sarcome mais seul un prélèvement (biopsie) permettra de la confirmer.

Les sarcomes sont rares et il vaut mieux que les patients qui en sont atteints soient pris en charge par une équipe qui ont de l’expérience dans le domaine.

Parce que la durée des consultations peut être brève, il vaut mieux vous présenter en étant bien préparé.

Quelques informations pour vous aider à préparer au mieux votre rendez-vous

1 – Notez tous les symptômes que vous rencontrez, y compris ceux qui peuvent sembler sans rapport avec la raison pour laquelle vous avez programmé le rendez-vous.

2 – Faites une liste de tous les médicaments, vitamines ou compléments alimentaires que vous prenez.

3 – Demandez à un membre de votre famille ou à un ami de venir avec vous. Parfois, il peut être difficile de se souvenir de toutes les informations qui vous ont été fournies lors d’un rendez-vous. Quelqu’un qui vous accompagne peut se souvenir de quelque chose que vous avez oublié.

4 – Notez les questions à poser à votre médecin. Votre temps avec votre médecin est limité, et la préparation d’une liste de questions peut vous aider à optimiser votre temps ensemble. Énumérez vos questions du plus important au moins important dans le cas où le temps s’écoule. Dans le cas d’un diagnostic suspecté de sarcome, voici quelques questions fondamentales à poser à votre médecin:

  • Est-ce que j’ai un cancer ?
  • Y a-t-il d’autres causes possibles de mes symptômes ?
  • De quels types d’examens ai-je besoin pour confirmer le diagnostic ? Ces examens nécessitent-ils une préparation spéciale ?
  • De quel type de sarcome suis-je atteint ?
  • Quels traitements sont disponibles et le(s)quel(s) recommandez-vous ?
  • Quels sont les effets secondaires du traitement ?
  • J’ai d’autres problèmes de santé. Comment puis-je au mieux gérer cela ?
  • Y a-t-il des restrictions alimentaires ou d’activités que je dois suivre ?
  • Quel est mon pronostic ?
  • Y a-t-il des brochures ou d’autres documents imprimés que je pourrais consulter ? Quels sites internet recommandez-vous ?

A quoi devez-vous vous attendre de la part de votre médecin ?

Le médecin que vous verrez en consultation est susceptible de vous poser un certain nombre de questions.

Être prêt à y répondre permettra de gagner du temps pour couvrir plus largement d’autres points que vous voulez discuter. Votre médecin peut ainsi vous demander :

  • Quand avez-vous remarqué vos signes et symptômes pour la première fois ?
  • Avez-vous mal ?
  • Est-ce que quelque chose semble améliorer vos symptômes ?
  • Existent-ils des éléments ou situations qui semblent aggraver vos symptômes ?
  • Avez-vous des antécédents familiaux de cancer? Si oui, savez-vous quel type de cancer ?

Quels sont les examens dont je vais avoir besoin ?

Les examens complémentaires utilisés pour diagnostiquer les sarcomes comprennent :

  • Examens d’imagerie : Des examens d’imagerie, tels que les radiographies, l’échographie la tomodensitométrie (scanner), l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positons (TEP) peuvent être utilisés pour évaluer la zone qui pose problème ainsi que le reste du corps.
  • Prélèvement d’un échantillon de tissu (biopsie) : Votre médecin peut demander une procédure de biopsie pour retirer un échantillon de la zone suspecte pour une analyse en laboratoire d’anatomo-pathologie. Pour réaliser cette biopsie, un médecin (radiologue ou chirurgien) peut utiliser une aiguille longue et fine. Un médecin formé à l’analyse des tissus corporels (anatomo-pathologiste) examine l’échantillon de tissu pour détecter les signes de cancer. Le pathologiste analyse également l’échantillon pour déterminer le type de tumeur (bénigne ou maligne : cancer), et son agressivité.

English version

You have been referred to Institut Bergonié for the diagnostic workup of a soft-tissue or bone lesion. Such lesions may be a sarcoma but only an histological assessment of a biopsy would allow confirmation of diagnosis.

Because appointments can be brief, and there’s often a lot of ground to cover, it’s a good idea to arrive well-prepared. Here’s some information to help you get ready.

What you can do

  • Write down any symptoms you’re experiencing, including any that may seem unrelated to the reason for which you scheduled the appointment.
  • Make a list of all medications, vitamins or supplements that you’re taking.
  • Ask a family member or friend to come with you. Sometimes it can be difficult to remember all the information provided to you during an appointment. Someone who accompanies you may remember something that you missed or forgot.
  • Write down questions to ask your doctor.

Your time with your doctor is limited, so preparing a list of questions can help you make the most of your time together. List your questions from most important to least important in case time runs out. For a sarcoma, some basic questions to ask your doctor include:

  • Do I have cancer?
  • Are there other possible causes for my symptoms?
  • What kinds of tests do I need to confirm the diagnosis? Do these tests require any special preparation?
  • What type of sarcoma do I have?
  • What stage is it?
  • What treatments are available, and which do you recommend?
  • Can the cancer be removed?
  • What types of side effects can I expect from treatment?
  • I have other health conditions. How can I best manage these conditions together?
  • Are there any dietary or activity restrictions that I need to follow?
  • What’s my prognosis?
  • Are there any brochures or other printed material that I can take with me? What websites do you recommend?

What to expect from your doctor

Your doctor is likely to ask you a number of questions. Being ready to answer them may make time to cover other points you want to discuss. Your doctor may ask:

  • When did you first notice your signs and symptoms?
  • Are you experiencing pain?
  • Does anything seem to improve your symptoms?
  • What, if anything, appears to worsen your symptoms?
  • Do you have any family history of cancer? If so, do you know what type of cancer?

Tests and procedures used to diagnose  sarcoma include:

  • Imaging tests. Imaging tests, such as X-rays, computerized tomography (CT) scans, magnetic resonance imaging (MRI) and positron emission tomography (PET), may be used to evaluate the area of concern.
  • Removing a sample of tissue for testing. Your doctor (radiologist or surgeon) may perform a biopsy procedure to remove a sample of the suspected sarcoma for testing in a lab. To remove the sample, your doctor may use a long, thin needle.

In the lab, a doctor trained in analyzing body tissues (pathologist) examines the tissue sample for signs of cancer. The pathologist also analyzes the sample to understand the type of cancer and to determine whether the cancer is aggressive.

Les associations dédiées

Votre médecin vous a confirmé le diagnostic de sarcome. Les options de traitement pour les sarcomes dépendront de la taille, du type et de l’emplacement de votre tumeur.

La chirurgie

La chirurgie est le traitement principal des sarcomes. Elle implique généralement l’élimination de la tumeur et de certains tissus sains qui l’entourent.

Lorsque le sarcome des tissus mous affecte les bras ou les jambes, il peut être nécessaire dans de rares cas d’amputer le bras ou la jambe touchés. Les médecins font de leur mieux pour éviter l’amputation. Une option pour y parvenir peut-être d’utiliser la chimiothérapie et la radiothérapie pour réduire la tumeur avant la chirurgie, ce qui augmente la probabilité qu’une amputation ne soit pas nécessaire.

Lorsque le sarcome se propage à une autre zone du corps, la chirurgie a une place plus limitée mais peut être utilisée dans certains cas.

La radiologie interventionnelle

Les tumeurs bénignes peuvent, dans certains cas, être traitées par radiologie interventionnelle.

La radiologie interventionnelle fait appel à des techniques peu invasives pour diagnostiquer, prélever et traiter des tumeurs sous guidage de l’imagerie (pour en savoir plus, vous pouvez consulter la brochure du site du CIRSE).

La radiothérapie

La radiothérapie consiste à traiter le cancer à l’aide de faisceaux d’energie, tels que des rayons X.

Votre médecin peut suggérer d’utiliser une radiothérapie avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur afin de faciliter l’extraction chirurgicale. La radiothérapie est également utilisée après la chirurgie pour éliminer les cellules cancéreuses qui peuvent rester et limiter le risque que votre maladie réapparaisse.

La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent être combinées.

La chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement médicamenteux qui utilise des produits chimiques pour tuer les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est administrée le plus souvent à travers une veine (par voie intraveineuse), mais peut être aussi administrée par voie orale. Parfois, les deux méthodes peuvent être utilisées.

Certaines formes de sarcomes répondent mieux à la chimiothérapie que les autres.

Les traitements médicamenteux ciblés

Les médicaments ciblés bloquent les signaux anormaux spécifiquement présents dans les cellules du sarcome et qui leur permettent de croître.

Certains médicaments ciblés sont actuellement utilisés pour la prise en charge des sarcomes. Parmi eux :

  •     Imatinib (Gleevec)
  •     Sunitinib (Sutent)
  •     Regorafenib (Stigvara)
  •     Pazopanib (Votrient)

De nombreux nouveaux médicaments ciblés sont à l’étude dans le cadre de programme de recherche clinique.

English version

Your doctor has confirmed you the diagnosis of sarcoma. Your treatment options for sarcoma will depend on the size, type and location of your tumor.

Surgery

Surgery is a common treatment for soft tissue sarcoma. Surgery generally involves removing the cancer and some healthy tissue surrounding it.

When  sarcoma affects the arms and legs, it may be necessary to amputate the affected arm or leg. Doctors try their best to avoid amputation. One option to achieve this may be using chemotherapy and radiation to shrink the tumor before surgery, which increases the likelihood that an amputation will be unnecessary.

When sarcoma spreads to another area of the body, surgery has a limited role but can be proposed in some cases.

Radiation therapy

Radiation therapy involves treating cancer with beams of energy, such as X-rays or protons.

Your doctor may suggest using radiation therapy before surgery to shrink a tumor to make it easier to remove with surgery. Radiation is also used after surgery to kill any cancer cells that remain.

Chemotherapy and radiation may be combined.

Chemotherapy

Chemotherapy is a drug treatment that uses chemicals to kill cancer cells. Chemotherapy can be administered by pill, through a vein (intravenously), or both methods may be used.

Some forms of sarcoma respond better to chemotherapy than do others. For instance, chemotherapy is often used to treat rhabdomyosarcoma.

Targeted drug treatment

Targeted drugs block specific abnormal signals present in sarcoma cells that allow them to grow.

Some of the targeted drugs used to treat one type of sarcoma include:

  • Imatinib (Gleevec)
  • Sunitinib (Sutent)
  • Regorafenib (Stigvara)
  • Pazopanib (Votrient)

Many new targeted drugs are being studied.

En tant que centre de référence international, le Groupe Sarcomes de l’Institut Bergonié mène un ambitieux programme de recherche. Ensemble, les membres de l’équipe sarcome développent d’importants efforts de recherche pour améliorer la compréhension et la gestion de ces cancers rares. Nos principaux objectifs sont les suivants:

  • Décrire les facteurs héréditaires qui confèrent un risque de sarcome
  • Identifier et contrer les anomalies cellulaires impliquées dans ces cancers
  • Développer des traitements efficaces
  • Développer de nouvelles approches diagnostiques et d’imagerie pour détecter et caractériser les sarcomes
  • Mener une étude épidémiologique sur l’étiologie des sarcomes

Le Pr Antoine ITALIANO dirige une équipe pré-clinique (Unité INSERM Action). L’un des projets développés par cette équipe est de permettre la création de modèles animaux « avatars », appelés «xénogreffes», à partir des cellules cancéreuses d’un individu. Pour faire une xénogreffe, les chercheurs implantent des tissus tumoraux de patients chez des souris. Les tumeurs greffées grandissent, ressemblent et se comportent comme les tumeurs humaines d’origine. Elles peuvent même se propagent aux mêmes endroits du corps des souris que chez les patients. Nos chercheurs ont créé des modèles de souris pour différents types de sarcomes et les utilisent pour identifier et développer de nouveaux traitements contre le cancer.

Nous conduisons par ailleurs de nombreux essais cliniques pour améliorer les stratégies  actuelles de traitement et améliorer la qualité de vie des patients atteints de sarcomes. Les essais cliniques sont des études de recherche qui évaluent l’innocuité et l’efficacité de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement du sarcome. Ces études peuvent également aider les médecins à comparer l’efficacité des stratégies de prévention ou d’autres aspects de vos soins.

Les essais de l’Institut Bergonié pour les sarcomes sont listés ci-dessous. L’Institut Bergonié comprend également une des plus importantes unités d’essais cliniques d’études de Phases Précoces en France. Il peut ainsi y avoir d’autres essais qui conviennent à votre état de santé. Nous vous recommandons d’en parler avec votre oncologue.

English version

As an international reference center, the sarcoma group of Institut Bergonié is leading an ambitious research program. Together, sarcoma disease-oriented team members do research to improve understanding and management of these rare cancers. Our main goals are to:

  • Describe inherited factors that confer risk for sarcoma
  • Identify and avoid defective cellular functions that result in these cancers
  • Develop effective treatments
  • Develop new imaging approaches and diagnostics for detecting and characterizing sarcomas

Pr Antoine ITALIANO is leading a pre-clinical team (Unité INSERM Action). One of the project developed by this team is to make it possible to create “personal” mouse models of cancer, called xenografts, from an individual’s cancer cells. To make a xenograft, researchers implant tumor tissue from patients into mice. The grafted tumors grow, looking and behaving like the original human tumors. They even spread to the same places in the bodies of mice as in patients. Our researchers have created mouse models for different types of sarcomas and use these to pursue new and improved cancer treatments.

We lead also several clinical trials to improve on current standards for treatment and to enhance quality of life. Clinical trials are research studies that evaluate the safety and effectiveness of new ways to diagnose and treat sarcoma. These studies can also help doctors compare the effectiveness of prevention strategies or other aspects of your care.

Institut Bergonié trials for  sarcomas are listed below. Isntitut Bergonié has one of the largest phase I oncology unit in France which uniquely affords access to first in-man and early clinical trials for appropriate sarcoma patients. Therefore, there may be additional trials that are appropriate for your cancer. We recommend that you consult with your physician, who can inquire on your behalf as to whether a trial is appropriate for you.

102

patients inclus dans les essais cliniques

35

études

L’Institut Bergonié est respectivement coordinateur principal et co-coordinateur des réseaux de soins RRePS et NetSarc, labellisés par l’Institut National du Cancer (INCa) et organisés pour la prise en charge des sarcomes de l’adulte, des GIST et des tumeurs desmoïdes.

La stratégie thérapeutique proposée au patient est établie de manière concertée, entre spécialistes des différentes disciplines (chirurgie, radiothérapie, oncologie, imagerie, anatomopathologie) et tient toujours compte du caractère unique de chaque patient.

L'AVANCÉE MAJEURE DE PLUSIEURS PROJETS DE RECHERCHE CLINIQUE

L’activité du groupe sarcome est restée soutenue en 2016 caractérisée notamment par une augmentation de 10 % de l’activité de chirurgie et un doublement du nombre de séances de chimiothérapie. Sur le plan de la recherche, l’année 2016 a été marquée essentiellement par l’avancée de plusieurs projets de recherche clinique majeurs coordonnés par l’Institut Bergonié :

Au stade localisé :

• L’équipe du Pr Italiano rapporte les résultats de la première étude clinique évaluant un inhibiteur d’EZH2 chez les patients atteints de tumeurs solides avancés et de lymphomes. Des résultats prometteurs en particulier dans certains sarcomes et chez les patients atteints de lymphomes réfractaires ou en rechute après chimiothérapie. Pour lire le communiqué de presse : cliquez-ici.

• Le lancement du projet NEOSARCOMICS qui a pour but d’analyser les facteurs radiologiques (Dr Crombe, Dr Kind) et moléculaires impliqués dans la réponse à la chimiothérapie néoadjuvante ;

• Le projet CIRSARC (Pr ITALIANO) qui a été sélectionné dans le cadre de la campagne PHRC-K 2016 et qui permettra d’évaluer le rôle de la chimiothérapie néoadjuvante en fonction de la signature moléculaire pronostique CINSARC (M. Lucchesi, Dr Soubeyran) ;

• Le démarrage du programme RADIOSARP (Pr Kantor, Dr Sargos) qui évalue l’association d’un inhibiteur de PARP à la radiothérapie dans les sarcomes localement avancés inopérables ;

• L’obtention des autorisations règlementaires pour le projet SARCOLD (Dr Mertens, Dr Michot, Dr Stoeckle) évaluant l’impact fonctionnel de la chirurgie des sarcomes chez les patients âgés de plus de 75 ans et le rôle pronostique de divers marqueurs de fragilité gériatrique ;

Au stade métastatique :

• Le projet MULTISARC, qui est le premier essai clinique randomisé au monde évaluant l’impact du séquençage de haut débit pour améliorer la survie des patients atteints de sarcome métastatique. Ce projet promu par l’INSERM est le projet pilote du plan France Génomique 2025 et l’Institut Bergonié est le seul centre de lutte contre le cancer à faire partie du consortium.

Par ailleurs, plusieurs études de recherche translationnelle ont été menées dont la caractérisation du profil immunologique des sarcomes à génomique complexe rapportée en communication orale à lors du congrès de l’ASCO (Dr Toulmonde).

Composition du groupe Sarcomes

A l’occasion de votre premier rendez-vous à l’Institut Bergonié, vous serez amené(e) à rencontrer un membre de l’équipe médicale spécialisé dans la prise en charge des sarcomes.

L’objectif de cette rencontre sera de vous expliquer le ou les diagnostics envisagé(s) et de répondre à l’ensemble de vos questions.

Lorsque l’ensemble du bilan diagnostique sera terminé, votre dossier sera discuté à l’occasion d’une réunion de concertation pluridisplinaire dont l’objectif est de vous proposer la meilleure stratégie thérapeutique, sur la base de l’expertise de tous les professionnels de santé impliqués (anatomo-pathologiste, chirurgien, oncologue médical, radiothérapeute, radiologue, radiologue interventionnel).

Le Groupe Sarcomes de l’Institut Bergonié est impliqué dans le diagnostic et la prise en charge des sarcomes depuis plus de 30 ans. Ainsi, l’Institut Bergonié est un centre de référence national et international dans ce domaine avec une expertise reconnue par tous. Nous mettons ainsi tout en œuvre pour garantir aux patients et à leurs proches des soins d’excellence, une qualité d’accueil, une  écoute et une humanité dans l’ensemble de notre prise en charge.

Responsable du Groupe Sarcomes

Chirurgie

Orthopédie

Radiothérapie

Oncologie médicale

Anatomo-cyto-pathologie

Radiologie interventionnelle

Radiodiagnostic

Kinésithérapie