Alors que chirurgie et radiothérapie restent des armes majeures pour le traitement des cancers, ce sont les traitements médicaux qui portent le plus l’espoir de progrès pour les années à venir. Cependant, dans le contexte actuel de progrès technologiques rapides, de nombreux échecs de développement de thérapies ciblées sont observés, souvent du fait d’une compréhension insuffisante des voies de signalisation impliquées. Il est donc nécessaire d’optimiser le développement de ces médicaments. Plusieurs conditions doivent être remplies incluant la connaissance fine des voies de signalisation et des types tumoraux concernés, l’utilisation de modèles tumoraux appropriés mais aussi une intégration des compétences et des moyens nécessaires autour de la thématique.
La construction de notre unité est donc conçue sur ces principes et autour de trios incluant au moins un biologiste, un pathologiste et un clinicien.

L’Unité INSERM U1218 ACTION (Actions for onCogenesis understanding and Target Identification in Oncology) a été évaluée et validée par le HCERES et l’INSERM au cours de l’année 2015.

Forte de plus de 75 personnes, l’Unité INSERM U1218 ACTION s’appuie sur son intégration à l’Institut Bergonié pour développer la recherche translationnelle grâce à ses chercheurs fondamentaux en lien avec les équipes cliniques. À la recherche d’une complémentarité des compétences cliniques et biologiques, nous avons choisi de construire notre unité autour
de trois thématiques :

  • ÉQUIPE SARCOTARGET : Sensibilité et résistance aux sarcomes
  • ÉQUIPE MLO : Diversité génétique et réponse au traitement : oncogenèse mammaire et leucémique
  • ÉQUIPE VINTAGE : Validation et Identification de nouvelles cibles du cancer et du vieillissement

Chacun de ces groupes dispose d’atouts tant biologiques que cliniques dans leur domaine qui leur permettront de faire aboutir leurs projets dans des délais compétitifs. Ainsi, localisée dans un centre anticancéreux, avec un accès privilégié aux prélèvements tumoraux et aux données cliniques, bien intégrée dans le contexte universitaire, notre unité dispose des ressources nécessaires pour développer une recherche compétitive au niveau français et européen.

ÉQUIPE SARCOTARGET : Sensibilité et résistance aux sarcomes

Responsable : Pr Antoine ITALIANO

L’année 2016 est pour nous une année charnière car elle a vu la fin de la première phase du projet ICGC-LMS visant au séquençage intégral de 67 LMS et le démarrage de la seconde phase dans laquelle 150 cas supplémentaires seront analysés.
Les premières analyses commencent donc à nous livrer les premières orientations vers une meilleure compréhension de l’oncogénèse de ces tumeurs. Dans cette perspective, nous avons également concrétiser, autour de ces données, une collaboration internationnale s’appuyant sur les meilleures équipes travaillant sur le sujet.
Des perspectives d’avancées majeures sont donc entrevues pour les années à venir. L’année 2016 était donc une année d’investissements.

ÉQUIPE MLO : Diversité génétique et réponse au traitement : oncogenèse mammaire et leucémique

Responsable : Pr François-Xavier MAHON

L’année 2016 a été marquée par la poursuite de notre recherche clinique concernant les arrêts de traitements. En effet, nous avons rapporté les résultats de l’essai Européen Euroski confirmant à partir d’un nombre important de patients (n=758) que l’on pouvait arrêter le traitement par inhibiteurs de tyrosine Kinase (ITK) dans la LMC, mais rendant compte aussi de la persistance de cellules leucémiques en l’absence de rechute patente.
Nous avons donc poursuivi nos travaux de recherche sur les cellules souches leucémiques et leur résistance aux ITK qui constituent un des sujets clés du laboratoire. Nous avons mis au point une technique de criblage pour étudier la résistance des cellules CRISPR-Cas9 de LMC.
Nous avons aussi démontré que le gène de fusion MYB-GATA1 est responsable des leucémies à basophile et qu’il conduit à l’expression du récepteur NGF et du récepteur à IL33.
Nous avons montré que le mir21 régule l’expression de PDCD4 activé par BCR-ABL et la kinase FLT3-ITD jouant un rôle non négligeable dans la physiopathologie des leucémies dépendantes de kinases activées telles que les LMC et les LAM.

ÉQUIPE VINTAGE : Validation et Identification de nouvelles cibles du cancer et du vieillissement

Responsable : Pr Pierre SOUBEYRAN

Plus de 30 % des patients développant un cancer ont plus de 75 ans. Leur survie est nettement inférieure aux patients plus jeunes. Certaines raisons de ce pronostic plus défavorable ont été élucidées parmi lesquelles l’accumulation des fragilités qui limitent l’application correcte du traitement ou favorisent des complications parfois létales.

Ces observations valorisent l’importance chez les sujets âgés du terrain sur lequel se développe le cancer. En effet, l’accumulation dans les cellules âgées d’anomalies génétiques ou fonctionnelles fait le lit, voire favorise la progression du cancer. L’élucidation de ces mécanismes nous permettra d’identifier des approches thérapeutiques plus adaptées aux personnes âgées atteintes de cancer ou de mieux déterminer la place respective de différentes approches thérapeutiques telles que les traitements cytotoxiques ou les approches immunomodulatrices sans parler des nouveaux traitements qui se développent autour des voies du métabolisme.

Ce projet fait l’objet de collaborations avec plusieurs autres unités de recherche de Bordeaux dans le cadre de l’un des programmes de recherche du SIRIC BRIO 2018-2022.